VIXEN : Entretien avec Share & Gina

vixenLogo

Jeter une bouteille, tel était le sentiment ressenti lorsque j’ai adressé la demande d’Interview au Presse Manager des VIXEN. Quelle ne fut pas ma surprise de constater que, pour une fois, un groupe américain en provenance direct de la sacro-sainte période du Hair Metal 80’s daignait descendre de son piédestal et acceptait de répondre à un WebZine.

Car il faut savoir que même si la majorité de ces groupes ne jouent plus que devant 30-50 personnes dans des clubs paumés de l’IOWA, le melon n’a pas toujours dégonflé, ce qui fait la grosse différence avec les groupes scandinaves qui eux, justement, on tout compris de la Web Attitude.

Ainsi la demande a fait son petit bonhomme de chemin. Share & Gina, des VIXEN.

Propos recueillis par CyCy

 ———————————————————————————–

Sleaze This City : Vous avez fait quelques concerts cette année afin de célébrer l’histoire de VIXEN  et la mémoire de Jan et j’ai lu sur votre site web que vous remettez-ça l’an prochain. Est-ce que VIXEN est de retour pour de bon ou vous faites quelques piges de-ci de-là ?

Share : Nous sommes de retour pour de bon ! Jan sera toujours avec nous et on sent sa présence à chacun des concerts. Les fans nous soutiennent et on apprécie vraiment.

Sleaze This City : Et vous avez des velléités de remettre le couvert, écrire de nouveaux titres, les enregistrer, tout ça ? Parce que je suis persuadé que vous avez des tonnes de choses à raconter.
Share : C’est clair. On bosse sur de nouveaux titres.

VixenShare

Sleaze This City : Et qu’est-ce qui vous occupe actuellement quand vous nêtes pas dans VIXEN ? Share, actuellement tu fais quelques trucs dans le groupe de Joe Elliot (Def Lep pour les incultes), DOWN N’OUTZ. Comment t’es-tu retrouvée dedans ?

Share
 : C’est venu de façon organique. Les Quireboys sont de vieux potes et ils m’ont demandé de se joindre à eux pour remplacer leur bassiste dans l’incapacité de faire le Monsters Of Rock Cruise cette année. Le concert s’est super bien passé et il s’est trouvé que Griff & Paul (les guitaristes de Quireboys) ainsi que leur pianiste Keyth sont dans le groupe de Joe, The Down n’Outz. Je pense qu’ils avaient quelques idées de remplacement de bassiste. Joe m’a téléphoné et nous voilà parti jouer des titres de Mott The Hoople et Ian Hunter à travers le Royaume-Uni.


Share
 : Roxy est occupé avec Madam X, Janet avec le Scrap Metal Band.
Gina : Je suis chimiste pour une société cosmétique, ce qui m’occupe énormément.

Sleaze This City : Sinon, a-t-on des chances de vous voir en Europe ? Principalement en France ? J’espère que vous vous souvenez avoir joué ici.

Share : Oui j’espère. On adore l’Europe et on a hâte d’y rejouer. Quant à avoir joué en France, bien sûr qu’on s’en rappel. Tu plaisantes ? Oui Oui (En Français dans le texte)

Sleaze This City : J’aimerai poser quelques questions concernant l’histoire de VIXEN. Share, comment as-tu rencontré Jan et intégré le groupe ?

Share : J’ai rencontré Jan quand elle m’a vu jouer avec un autre groupe à Hollywood. Elle est venue à ma rencontre après le concert et on a discuté. Elle m’a donné son numéro de téléphone écrit sur une serviette en papier, et quelques mois plus tard je l’ai recontacté pour savoir où VIXEN jouait. Carrément étrange, le jour même où je l’appelais était ce jour où elles venaient de virer leur bassiste. Et le reste, comme ils disent, est l’histoire.

Sleaze This City : Beaucoup de journaleux pour pas mal de magazines, et quelques musiciens aussi, ne vous ont jamais vraiment pris au sérieux parce que vous étiez des filles. De nos jours ça n’arriverait plus car les choses ont pas mal changées de ce côté-là et femmes et hommes sont au même niveau, en tout cas dans la musique. As-tu quelques souvenirs/exemples de ce genre d’articles/remarques ? Etait-ce difficile parfois ou bien ça vous a rendu plus forte du style « va te faire foutre ? »

Share : Ha ! Ouai. J’ai bloqué tous ceux qui nous claquaient ou nous démolissaient. Qu’ils aillent se faire voir. C’est clairement plus facile de nos jours, ce qui est vraiment cool.

Sleaze This City : Vous n’étiez pas encore signé lorsque vous avez fait votre apparition dans THE DECLINE OF WESTERN CIVILSATION 2 :The Metal Years. Est-ce que ce film vous a aidé à avoir ce contact chez EMI ou bien c’était déjà en cours ?  Je demande ça car j’aimerai connaître l’impact de ce film sur les Majors de l’époque. Quelques groupes y sont parvenus, d’autres ont splittés la même année dans la plus grande indifférence.

Share : Ce film n’a pas eu d’incidence sur notre contrat avec EMI autant que je puisse m’en souvenir. Je crois que nous étions déjà signées au moment du film … MAIS … l’album n’était pas encore sorti. Mais je ne suis plus très sûre à 100%.

GinaVixen

Sleaze This City : Gina, tu n’étais pas dans VIXEN à cette époque et tu jouais dans d’autres groupes qui ont eu d’ailleurs leurs propres succès (Poison Dolly, Envy). Connaissais-tu les membres de VIXEN et les suivais-tu à la radio, MTV ?

Gina : J’ai entendu parler de VIXEN lorsque j’enregistrais pour ENVY avec ma sœur Rhonny entre 1987-1988… J’avais déjà rencontré Maxine (Petrucci, la sœur de Roxy), au mariage de Mark Weiss. Roxy et moi nous étions déjà croisées en 1983 lorsque Poison Dolly avait ouvert pour MADAM X à Long Island. Du délire. J’ai finalement revue Roxy en 1995 et c’est à ce moment-là que nous avons commencées à bosser ensemble. Peu de temps après, Roxy m’a présentée à Janet et c’est parti comme ça.

Sleaze This City : Après REV IT UP et la tournée qui va avec, vous avez décidé de vous séparer. Share, tu as joué avec CONTRABAND. Puis, Disparue ?

Share : Ouai, les choses changent. Nous évoluons et changeons… CONTRABAND c’était déjà avant que nous Splittions. J’ai été très occupée avec mon propre groupe, BUBBLE bien des années plus tard.

Sleaze This City : Vous avez eu du bol si je puis me permettre. Vous n’avez pas eu à vous confronter à l’ère du Grunge et à tenter en vain d’espérer avoir la même chose que dans les 80’s. J’ai mon opinion à ce sujet concernant la question :  « Est-ce que le Grunge a tué le Hair Metal ? ». Pour moi, c’est non et ce qui a tué le Hair Metal est le Hair Metal lui-même et les maisons de disque qui signaient tout et n’importe quoi encore et encore… Es-tu d’accord ? J’aimerai avoir ton point de vue là-dessus.

Share : Je pense que tout est cyclique. Si ça n’avait pas été le grunge …  ça aurait été autre chose. Aucune mode ne reste au top à jamais. C’était le moment de changer.

Sleaze This City : Ok… Après le Split, Roxy & Janet ont décidé de remettre ça avec Gina et Rana Ross. Jan & toi Share n’y avez pas participé. Share, je suis sûr que tu as quelque chose à nous raconter à ce sujet.

Share : Principalement parce que j’avais composé mes propres titres et exploré pas mal de styles musicaux différents. Ce n’était pas le moment pour moi de retourner en arrière et jouer les titres de VIXEN. Mais je leur avais souhaité le meilleur.

Sleaze This City : En 2004, VH1 a trouvé le moyen de vous réunir à nouveau pour un concert. Est-ce que vous aviez laissé des différents de côté ? Share quel est ton point de vue après 13 ans loin du groupe ?

Share : Je ne suis pas sûre de ce que tu veux dire. Mais quoi qu’il en soit ce fut une merveilleuse expérience et je suis ravie que nous ayons pu rejouer avec Jan une nouvelle fois.

Sleaze This City : De derrière nos écrans télé, c’était comme un groupe à nouveau, simplement un groupe. Comme si rien n’avait jamais changé. N’a-t-il pas été frustrant de laisser tout ça en rade et de ne pas profiter de l’exposition médiatique offerte par ce retour sur VH1 ?

Share : On a discuté d’une suite à donner à ce concert sur VH1 mais en ce qui me concerne … ce n’était pas le bon timing. J’avais des trucs à gérer dans ma famille et je ne pouvais pas me permettre de partir en tournée avec VIXEN.

VixenJan

Sleaze This City : Des années plus tard, fin 2012, Jan prévoyait de relancer le groupe une nouvelle fois mais malheureusement ça ne se fera pas du fait de sa maladie. Un an plus tard, elle décédait. Ce fut un choc. Vous saviez qu’elle était malade. Je sais que c’est difficile d’en parler et je préfère demander des choses joyeuses. Quand tu penses à Jan, quel serait ce petit truc qui te permet d’avoir un sourire ?

Share : Je me rappellerais toujours la manie qu’elle avait de donner des surnoms à tout le monde. Elle manque énormément.

Sleaze This City : Elle ne sera jamais oublié et ce qu’elle a apportée au Hair Metal demeurera pour toujours. Si tu prends le temps de regarder tes 30 ans d’expérience dans le music system, beaucoup de choses ont changées. La scène du L.A. Strip n’existe plus, les ventes de CD ont dégringolées, le Metal et le Rock n’Roll devenu « underground », le partage de fichiers… Quel genre de conseil tu donnerais à un jeune groupe, 100% nana, qui voudrait devenir VIXEN de nos jours ?

Share : Jouez de la musique et soyez dans un groupe parce que c’est ce que vous souhaitez. Pas parce que vous voulez devenir célèbre. Si le succès arrive, vous serez prêtes. C’est le voyage qui compte … pas la destination.

Sleaze This City : Pour finir cette Interview, veux-tu dire quelque chose aux Fans Français qui ne vous ont jamais oublié ?

Share : Merci de votre soutien. On espère vraiment revenir et « Rev It Up » la France une nouvelle fois.

 

 

Source de la news

Sleaze It :
Style : ,