MY LITTLE FUNHOUSE : Standunder

2014-12-07_54849d818e707_MyLittleFunhouse.jpg
Origine : IRELANDE
Date de sortie : 1991
Label : GEFFEN
Chronique par :
Web :
1

Etre originaire d’Irlande lorsque l’on fait du Hard Rock, ça force évidemment les gens à faire l’adéquation directe avec un illustre groupe en provenance de cette fantastique Ile du Royaume-Unis, je vous laisse deviner de qui je parle. Et faire du Hard Rock au début des années 90, c’était s’ajouter un poids supplémentaire sur les épaules et pourtant MY LITTLE FUNHOUSE n’a pas hésité un instant à débouler de nulle part et devenir une méga grosse signature chez GEFFEN.

Signé aux alentours de 2 millions de dollars, à titre d’exemple Nirvana ne signa que pour 60 000, GEFFEN n’eut d’yeux que pour ce tout jeune groupe de Kilkenny, du moins durant quelques mois. Sitôt signé, sitôt en studio, MY LITTLE FUNHOUSE sort en 1991 son seul et unique album, STANDUNDER.

A l’écoute de cet album, on plonge dans l’univers de ce très jeune groupe au caractère bien trempé et qui assume pleinement ses diverses influences Rock n’Roll, Hard et Alternative. En effet, la musique que propose le groupe est une immersion corps et âme dans une ambiance où la puissance des guitares et enrobée subtilement par la voix hors du commun de Alan Lawlor. Dès cette intro batterie on se retrouve en orbite pour encaisser coup sur coup I WANT SOME OF THAT & DESTINY, deux « amuses bouches » qui vous titillent les papilles, effet garanti. Suivi par deux bombes incendiaires, WISHING WELL et L.S.D. Ces deux titres sont tout simplement hors normes et laissent pantois à la première écoute. 23 après, le souvenir de votre serviteur demeure intacte et se souvient « oh » combien WISHING WELL marqua cette année 91.

Ce qui est assez dingue avec cet album c’est que quand bien même on ressent des connotations Rock n’Roll déjà entendu un paquet de fois, la force de MY LITTLE FUNHOUSE est de débarquer avec quelque chose qui lui est propre et qui donne une fraîcheur de bonne augure à cette époque où tout tournait en rond ou autours de GUNS n’ROSES et METALLICA.

Passé cette interlude, la suite de l’album est d’une qualité remarquable et un autre point d’orgue de ce STANDUNDER est le très remuant CATHOLIC BOY, tout bonnement excellent. LONELY, ANONYMOUS cette fabuleuse balade qui sent le teenage à outrance mais qui touche droit au but ceux qui prendront la peine de la laisser faire au coup d’un solo ultra bien placé. Et là encore la voix de Lawlor fait des étincelles. Mais comme tout bon plaisir a une fin, l’album se termine par trois titres excellents excellent eux aussi, le saccadé BEEN TOO LONG, le mid tempo RAINTOWN & le titre éponyme, STANDUNDER et son leitmotiv « No One Understand me … » qui s’ancre dans votre caboche pour le reste de la journée, voir plus si affinité. Quelle fin d’album.

Au final, pas le moindre temps mort. On a là un album qui 23 ans plus tard est toujours un réel plaisir à l’écoute et qui a su traverser tant de rebondissements dans l’histoire du Rock n’Roll 90’s, 2K et plus.

Un album qui n’a pas pris une ride, tout simplement un MUST HAVE.

TRACKLIST : 

I Want Some of That
Destiny
Wishing Well
L.S.D.
I Know What I Need (turns to You Blew It, a non-listed track, around 3m 24s)
Catholic Boy
Lonely
Anonymous
Been Too Long
Raintown
Standunder

Source de la news

Sleaze It :
Style :