KINGDOM COME : Kingdom Come

2015-03-05_54f81f3315fc4_KingdomCome_Front.jpg
Origine : USA
Date de sortie : 1988
Label : PLYDOR
Chronique par :
Web :
1

S’il fallait choisir un album légende et polémique, le 1er album de KINGDOM COME arriverait très probablement dans le tiercé de tête de ces 30 dernières années. Et comme si souvent lorsque polémique il y a, quasiment tout le temps il y a carton commercial.

KINGDOM COME est né en 1987 sous l’impulsion de LENNY WOLF une fois l’aventure Stone Fury achevée, ça c’est pour l’historique du groupe. Entouré de quelques zicos glanés dans divers groupes quasi inconnus (line up en fin d’article), l’essence même du groupe revient quasi exclusivement au charisme assez « massif » de LENNY qui écrira la grande majorité des titres. Après un an de travail, le groupe sort son 1er album KINGDOM COME accompagné d’un 1er single qui ouvrira une avenue royale à la polémique. Le carton dans les charts est immédiat mais ce 1er single est un peu l’arbre qui cache la forêt tant ce qu’il y a dans cet album est excellent.

L’album débute par du « lourd » avec un LIVING OUT OF TOUCH qui marque l’essence même de cet album du début à la fin. On entre par ce titre et cette ambiance et on y reste jusqu’au bout puisque PUSHING HARD, le single GET IT ON,  NOW FOREVER AFTER ou encore SHOUT IT OUT vous transporte dans un Hard Rock mélodique tout bonnement excellent. Mais c’est peu dire au regard de cette somptueuse ballade WHAT LOVE CAN BE et cette interprétation de LENNY WOLF que certains diront « sur-jouée » mais que cette critique qualifiera de « vécue ». Et c’est bien sur ce point que ce 1er album est des plus intéressant puisqu’en plus de compos et interprétations excellentes les qualités vocales de LENNY s’envolent pleinement sur tous les titres.

Et que dire de la production de l’incontournable BOB ROCK (Motley, Metallica, …) qui apporte le petit plus qui offre à un album l’opportunité de passer d’un statut « honorable » à « tout bonnement excellent ».

Cet album est un des grands albums des 80’s et ce bien malgré cette polémique stérile et imbécile lancée par tout un tas de critiques en mal de reconnaissances qui jacasseront  sur le soit disant plagia de LED ZEP sur l’ensemble de l’album et nommant ainsi le groupe en KINGDOM CLONE. Que l’on soit clair, OUI les influences LED ZEP sont plus qu’évidentes et se ressentent sur l’ensemble de l’album mais est-ce à dire qu’il s’agit d’un plagia ? Alors que dire de tous ces groupes qui à l’époque pompaient outrageusement AC/DC, Maiden, ou encore Metallica ? Silence radio sur ce sujet, casser du WOLF était devenu le sport en vogue dans toute rédaction de presse entre 1988 et 1990.

Mais heureusement, seul le jugement des fans fait office de référence et l’album sera un gros succès international ce qui propulsera le groupe en première partie de big référence de l’époque (Dokken, Scorpions, …)

En résumé, un album à posséder puisque intrinsèquement parlant tous les titres sont excellents.

Source de la news

Sleaze It :
Style : ,