Bon Jovi : Slippery When Wet

2015-04-20_553536211a8c9_Bon_jovi_slippery_when_wet.jpg
Origine : USA
Date de sortie : 1986
Label : Mercury
Coup de Coeur :
Chronique par :
Web :
1

Après deux albums aux succès modestes, JON BON JOVI est désemparé. Malgré toute la volonté du monde, il ne parvient pas à devenir la superstar mondiale, et reste loin des traces de son idole de toujours, BRUCE SPRINGSTEEN (qui vient de cartonner avec son BORN IN THE U.S.A.) Pourtant, le groupe montre une certaine volonté, et n’hésite pas à sillonner les continents pour les tournées promotionnelles (à noter que c’est au Japon qu’ils cartonnent le plus sur la tournée FAHRENHEIT 7800° de 1985). De retour aux Etats Unis, RICHIE SAMBORA et JON BON JOVI s’enferme dans une cave pour pondre ce qui deviendra l’album de la reconnaissance.

C’est PAUL STANLEY, chanteur de KISS, qui propose les services d’un certain DESMOND CHILD. Ce dernier est responsable du succès méga-planétaire de KISS avec I WAS MADE FOR LOVIN’ YOU (1979), et plus récemment de HEAVEN’S ON FIRE (1984). Le bougre connaît parfaitement la recette qui va faire de certains groupes, des légendes vivantes durant les années 1980 : production au top, des refrains ultra fédérateurs, des arrangements bétons… Au final, 30 morceaux seront composés durant cette période. Les boys, encore proches de leur public à l’époque, organiseront une session d’écoute avec des fans venant du New Jersey et de New York, leur laissant le choix de faire la track-list final de l’album.

Le groupe part enregistrer à Vancouver, sous la houlette de BRUCE FAIRBAIRN (que JON avait repéré après avoir écouté le WITHOUT LOVE de BLACK N’ BLUE) et de BOB ROCK, durant le premier semestre de l’année 1986. Le 18 Août 1986, SLIPPERY WHEN WET, l’album culte de 1986, sort dans les bacs. Instantanément, c’est l’explosion. L’album passe 8 semaines au numéro 1 du Billboard, 38 semaines dans le Top 5. 12 fois disques de platine aux USA, 25 Millions de copies vendues dans le Monde, plus grosse vente de l’année 1987, BON JOVI est au sommet du Monde.

Il faut bien avouer que la recette fonctionne à la perfection. Pour la première fois, un groupe de Hard Rock parvient à classer trois singles dans le Top 10 du Billboard, trois hits monumentaux, co-écrits par JON, DESMOND, et RICHIE, et devenus cultes aujourd’hui : YOU GIVE LOVE A BAD NAME, le titre Hard sucré efficace à souhait, au refrain fédérateur, WANTED DEAD OR ALIVE, la ballade western au solo devenu légendaire, et surtout LIVIN ON A PRAYER, le morceau emblématique de la carrière du groupe, et probablement de la scène Hard Mélodique en général. L’anecdote veut d’ailleurs que JON ne croyait pas du tout en ce titre (d’ailleurs, il aura énormément de mal à se faire une place dans les set list du groupe), et que sieur SAMBORA parviendra à le convaincre de l’incorporer au disque final.

Au rayon des tubes annexes, on retrouve I’D DIE FOR YOU, la dernière contribution de DESMOND CHILD à l’album, un tube mené par des nappes de claviers entêtantes de DAVID BRYAN (rappelant furieusement RUNAWAY), WILD IN THE STREETSBON JOVI se la joue SPRINGSTEEN et RICHIE se fend d’un solo tout droit sorti des années 50’s, RAISE YOUR HANDS, taillé pour le live (qui ouvrira d’ailleurs les concerts de la tournée promotionnelle de l’album), WITHOUT LOVE et NEVER SAY GOODBYE, deux ballades sirupeuses, destinées à un public essentiellement féminin. Mais il faut avouer que les gamins du New Jersey ont toujours su sortir des ballades particulièrement excellentes (en tout cas, au 20ème siècle).

Malheureusement, malgré une introduction incroyable de claviers, LET IT ROCK, le morceau d’ouverture, est le moins efficace de l’album, avec un refrain peu inspiré, et un morceau bien trop long pour rester captivant. De même, SOCIAL DISEASE fait pâle figure sur la Face A, se composant de classiques comme YOU GIVE LOVE A BAD NAME, LIVIN ON A PRAYER ou WANTED DEAD OR ALIVE. D’autant plus que le groupe a laissé de côté des brûlots comme EDGE OF THE BROKEN HEART ou BORDERLINE, des hits en puissance, qui sortiront des années plus tard sur diverses compilations, coffrets…

Avec cet album, BON JOVI devient le groupe numéro 1 aux USA, et dans une grosse partie des pays dans le Monde. La tournée qui suit est monumentale : 206 concerts dont 149 aux USA. Depuis, BON JOVI squatte quasi instantanément le haut des charts à chaque sortie d’albums. SLIPPERY WHEN WET reste un des disques majeurs des années 1980, un disque incontournable de la mouvance Hard Mélodique, aux tubes intemporels.

Source de la news

Sleaze It :
Style : , , , ,