EROTIC SUICIDE : Perseverance

2015-12-25_567d28dd12265_EroticSuicideFront.jpg
Origine : USA
Date de sortie : 1998
Label : Jordan Entertainment
Chronique par :
Web :
1

Afin de changer un peu, je vais chroniquer un groupe peu connu et un album qui l’est encore moins, et ce, de part sa rareté. Il s’agit du groupe EROTIC SUICIDE et de leur excellent deuxième album « Perseverance », un des secrets les mieux gardés de la scène Sleaze/Glam. D’ailleurs, le magazine Kerrang ne s’y trompera pas et écrira au sujet d « Abusement Park » leur 1er album : «their superior musicianship sets them apart from their peers » (leur qualité musicale supérieure les distingue de leur pairs).

Fin de l’année 1992, EROTIC SUICIDE sera formé par 2 frères, à savoir : D.D. Rose (batterie) et Rach Rose (chant). Les deux frangins finiront par s’entourer de Stephan Lauren (guitare), Kyle St. Clair (guitare) Leslie Kane Blak (bass) et créeront ainsi EROTIC SUICIDE. Ce dernier a toujours voulu résider dans sa ville natale, à savoir Oklahoma City (État de… l’Oklahoma) et aura la particularité de ne pas vouloir succomber aux sirènes d’Hollywood et refusera de s’expatrier vers ce « phare artistique ». Le groupe tournera avec acharnement et se créera, de fait, une bonne fan base dans le Middle Ouest. Mais le mouvement Glam Metal étant alors à l’agonie, il se trouvera confronté au problème suivant : arriver à décrocher un contrat pour enregistrer un disque. Pourvu d’une cassette Demo le quintet sollicitera maintes maisons de disques et finalement réussira à sortir un disque en autoproduction ( ???) en 1993. Le CD subira même 3 retirages successifs de part son succès, et ce,  avec des pochettes différents. Suite aux très bonnes chroniques dans la presse spécialisée (Kerrang, Burrn, Flash ou Livewire), et ce même en Europe, EROTIC SUICIDE fut finalement signé et distribué en Allemagne par le label Koch Records en Décembre 1994. EROTIC SUICIDE se verra même affublé du titre de « Meilleur Espoir Américain » sur MTV Europe dans l’émission  Headbanger’s Ball, c’est tout dire. Le groupe réussi également à tourner en ouverture de groupes comme UGLY KID JOE, BANG TANGO, JACKYL ou encore VINCE NEIL. Ce premier disque s’est vendu aux alentours de 25 000 copies rien qu’aux U.S.

A noter que ce premier album est disponible, depuis peu, en version remasterisée et dotée d’un bonus sur le label FNA Records.

Dés la sortie de leur CD, tournant encore pour le promouvoir, le groupe composa de nouveaux morceaux en vue de son prochain album qui, initialement, devait s’appeler «To Die For » et sortir aux alentours de l’été 1995. Très rapidement après la sortie du 1er Cd Leslie quitta le groupe et fut remplacé à la basse par Ryan Wall à la basse. De même,  Billy Stevens remplaça Stephan Lauren à la guitare.

Remercié par sa maison de disque, le groupe se trouva une nouvelle fois sans aides et du financer lui même son nouvel opus. Celui-ci mis 5 longues années à voir le jour, d’où le changement de titre en « Perseverance ». En effet, las de ne pouvoir décrocher aucun nouveau contrat, le groupe a du se résoudre à enregistrer en auto-production ce nouvel album. EROTIC SUICIDE composa de nouveaux titres qu’il testa systématique ment en Live afin de les parfaire. « We demoed songs, played them live to see the response from fans and we rewrote them » écrira le groupe.  Il enregistra une Demo de 5 titres avec : « Breakin’ Down », « Cross The Line », la reprise « Travellin’ Band », » All Fall Down  » et  » Scream « auxquels s’ajouteront 9 nouveaux morceaux et ainsi créer leur deuxième disque qui sortira en 1998.

Le groupe fut souvent comparer à un croisement entre TUFF, FASTER PUSSYCAT (principalement pour la voix de Rach Rose) et les premiers MÖTLEY CRÜE.

Ce deuxième album est un « must have » où refrains entêtants se combinent à des riffs de guitares tueurs. Qui plus est, la qualité du son est très bonne, ce qui à moins pourrait être étonnant pour une auto-prod.

« Hurt » le premier titre attaque avec une rythmique  simple et agressive sur laquelle vient se poser la voix légèrement rocailleuse de Rach. On retrouve ce type d’ambiance dans la vague de Kickass Sleaze scandinave vous savez ces groupes comme CRASHDÏET, LESS THAN 4 ou MIDNITE EVE.

Le 2éme titre, « Scream » est lui aussi assez agressif et pourrait être, sans problème aucun, sur le 1er album des DIRTY PENNY avec son refrain percutant « Let Me Scream ! ! ! ».

« Same Ol’ Thing » a un coté très FASTER PUSSYCAT à la sauce MÖTLEY CRÜE, et ce aussi bien musicalement que sur la ligne de chant de Rach.

Le morceau « Breakin’ Down » à une conception plus saccadée et agressive proche du CRÜE du 1er album et est bien « rentre dedans »

« I want » quant à elle, commence comme une ballade assez convenue pas sans rappeler celle de TATTOO RODEO « Been Your Fool »… loin d’être désagréable à écouter surtout après l’accélération au milieu de la chanson.

« Blue Eyes » est une vraie ballade / tempo medium sans grand intérêt il faut bien le dire.

Par contre « Devil’s Daughter » envoie sévèrement avec son Sleaze percutant et sa rythmique de guitare qui vous lacère à la ALLEYCAT SCRATCH. Un des morceaux phares de cet album, un régal.

Guitare acoustique sur le titre suivant, la ballade « Blown Away » où l’on plonge dans une ambiance à la POISON ou L.A. GUNS avec un solo de guitare tout en feeling. Le début du titre me fait même penser au Paradise City » des GUNS ’N’ ROSES, et ce, principalement au niveau de l’attaque à la batterie.

« Cross the Line » est un morceau dantesque pas sans rappeler le « Hear Your Brother Calling » des méconnus THE TOLL, avec une ambiance à la THE CULT ou BALLAM AND THE ANGELS. Un morceau original qui vous prend aux tripes avec son ambiance spéciale et sa rythmique de guitare qui vous percute.

Titre plus Heavy « Can’t Stop It » est classique et plus Hard que les autres morceaux de l’album. Cela reste un titre plaisant à écouter.

« One Way to Get It » avec son début à la basse fait irrémédiablement penser au 1er FASTER PUSSYCAT principalement au niveau de la rythmique sur laquelle on aurait greffé la voix rageuse d’Eddie Robinson des ALLEYCAT SCRATCH.

Le titre qui s’ensuit, « All Fall Down », est beaucoup plus torturé avec sa rythmique syncopée et sa guitare slide… titre qui a une ambiance bien particulière.

Pour finir en beauté, le titre « Weekend One Night Stand » est une jolie ballade, et qui peut être jugée conventionnelle par certains, mais qui fait mouche avec son coté POISONesque.

Sauf qu’en fait il y a un 14ème morceau (qui n’est pas stipulé au dos du Cd) une reprise dantesque de « Travellin’ Band » qui se trouve être encore plus percutante et rythmée que l’original des CREEDENCE CLEARWATER REVIVAL… ça claque, ça pète, bref ça fait du bien aux oreilles tout en permettant à l’album de se conclure avec un moment de folie Rock ‘n Rollesque.

Pour résumer, voici 66 minutes de bonheur d’un grand album totalement passé aux oubliettes, bien meilleur par ces compos que bien d’autres opus de groupes Ô combien plus réputés. Un disque à avoir dans sa discothèque. Faute de le trouver (sa rareté le fait monter vers les 100€ en occasion), il est toujours possible de se rabattre sur le 1er, qui, même si il n’atteint pas le niveau de ce « Perseverance » n’en est pas moins un bon CD.

A noter que le groupe, en 2001, s’est reformé et a proposé quelques nouveaux morceaux sous l’appellation ES3, mais comme souvent, il s’est plus agit d’un pétard mouillé que d’autre chose. En effet, point de nouvel album ou autre, et le groupe s’est rapidement « disloqué ».

2015-12-25_567d28dd12265_EroticSuicideFront.jpg

TRACKLIST
1. Hurt
2. Scream
3. Same Ol’ Thang
4. Breakin’ Down
5. I Want
6. Blue Eyes
7. Devil’s Daughter
8. Blown Away
9. Cross the Line
10. Can’t Stop It
11. One Way to Get It
12. All Fall Down
13. Weekend One Night Stand

EROTIC SUICIDE :
Rach Rose vocals
Kyle St. Clair guitars
Billy Stevens guitars
D.Rose drums
Ryan Wall bass

Source de la news

Sleaze It :
Style : , ,