GHOST : Le Splendid – Lille

2016-02-05_56b4549fb6e6a_789226570._tour.jpg
Date : 01/02/2016
Salle : Le Splendid
Affluence : 900
Coup de Coeur :
Chronique :
OLIVIER
1

Chose surprenante diront certains, c’est juste génial diront les autres, que de retrouver un report concert de GHOST dans les pages joviales et orientées Rock n’Roll fiesta and mélo qui se trouvent dans Sleaze This City… et pourtant. Avez-vous écoutez GHOST ? Avant de parler, de couiner, de railler et de ricaner, faites-le et viendez lire la chronique de notre Reporter du Ch’Nord,

 

La tournée BLACK TO THE FUTURE France 2016 de GHOST débute ce soir au Splendid de Lille. Cette salle comble traduit le vif engouement pour le concept si (plus ?) particulier de ces suédois. Pour les accompagner dans ce nouveau périple qui fera des fidèles encore, les  DEAD SOUL (et compatriotes des sus nommés) les accompagnent (comme déjà fait par le passé).

Il ne sera ici pas question de mise en scène pour DEAD SOUL. Le groupe est là pour jouer live (en habits de ville : la seule excentricité, un chapeau vissé sur la tête du chanteur Anders Landelius aux lunettes noires). « DEAD SOUL just write great music that speaks straight to you » dixit le label Century Media. C’est clair ! (pas comme le peu de sources de lumières sur scène…) . La pénombre dans laquelle est plongée la scène s’allie cependant bien à ce qui pourrait être la rencontre entre Nick Cave, Nine Inch Nails et Johnny Cash : un Industrial Doom Blues (selon le label – l’on peut penser aussi à Sisters Of Mercy et The Mission). Oh yeah ! La grande frustration est de voir le duo Landelius/Nielsen épaulé par un deuxième guitariste sur du playback basse/batterie. C’est carré, net et …? A suivre.

Ch’tite demi-heure d’attente et quelques réglages des derniers instants sont réalisés par des roadies fort bien apprêtés (très classe).  La foule est plus compacte encore. Il est 20h50 environ.  Le fond sonore a changé (dans la plus grande fluidité et discrétion)  : le Splendid devient cathédrale (?). De l’encens est allumé sur les baffles en bord de scène. Ambiance. Le public entre en communion avec la bête.

21h00, les Goules (pour mieux les reconnaitre : A Nameless Ghoul, A Nameless Ghoul, A Nameless GhoulA Nameless Ghoul et enfin A Nameless Ghoul) prennent place et lancent les premières notes. Avec la classe d’un Christopher Lee ou la mise en scène d’un « Bal des Vampires« , son éminence Papa Emeritus III  prend place et est prête à vous recevoir. « He is » !

GHOST, au concept visuel et au son « pop » si décalés, fait mouche. Papa Emeritus III ponctue de « sermons » le gig pour rallier encore de nouveaux adeptes pourtant déjà conquis. Il « survole » la scène alors que les Goules l’animent (sous leurs masques très certainement inconfortables tant il fait chaud) par leurs allers et venues incessants. Encensoir et communion avec les « Sisters of Sin » qui passent dans les rangs pour communier (et ne pas toucher ! Papa l’a bien dit !) accessoirisent efficacement le gig.

1h40 de messe pour les adeptes. Intense.

Outre les prochaines dates en France, prochaine communion au DOWNLOAD !

SETLIST :
Miserere mei, Deus
Masked Ball
Spirit
From the Pinnacle to the Pit
Stand by Him
Con Clavi Con Dio
Per Aspera ad Inferi
Body and Blood
Devil Church
Cirice
Year Zero
Spöksonat

Source de la news

Sleaze It : |
Style : , ,