RECKLESS LOVE : Invader

2016-03-09_56dfdc8a1038e_recklessloveinvadercd.jpg
Origine : Finlande
Date de sortie : 11/03/2016
Label : Universal Music
Chronique par :
Web :
1

Innover dans le Rock n’Roll n’est jamais chose facile et positionner le curseur au juste niveau pour contenter tout le monde ressemble parfois à la complexité d’une Intégrale féroce sur un tableau noir. Et s’il y a bien un groupe qui déplace le dit curseur sur « la ligne du son » c’est bel et bien RECKLESS LOVE. Mais à vouloir tirer un peu trop sur la corde, ne risque-t-il pas de la faire craquer ? A voir si INVADER n’est pas le bouchon poussé un peu trop loin.

Avec SPIRIT (sorti en 2013), RECKLESS LOVE avait éprouvé nombre de fans de Hard Rock fans de ce son scandinave qui fait du bien par où ça passe. Ajoutant à cette recette une bonne dose de classic rock saupoudré de sons ultras modernes, les finlandais offraient là une petite bombe qui, d’après notre chronique en date du 25 décembre dernier concluait grosso modo par un enthousiasme sans faille quant à l’avenir quasi tout tracé du groupe. Avec l’envie manifeste de faire baver ses fans un 1er single voyait le jour fin janvier, MONSTER, et déjà on voyait monter quelques points de curiosités de-ci de-là quant à l’orientation qu’allaient prendre, ou pas, les finlandais.

A l’écoute d’INVADER, le moins que l’on puisse dire c’est que le groupe ne s’est pas privé d’aller dans la direction qu’il souhaitait. Et de ce côté-là, ils assument pleinement cette orientation pop, voir même … dance … Dance ais-je dis ? On y reviendra plus tard. L’album débute avec WE ARE THE WEEK END, titre ultra classique chez un groupe scandinave, pas de surprises, ça sonne et avec un refrain ultra catchy nulle doute qu’il sera efficace sur scène, idem pour HANDS et, à la limite, MONSTER. Et à l’identique, ou dans la même veine, on retrouve des titres comme BULLETIME et LET’S GET CRACKING,ultra efficaces et sacrément bien produit afin d’obtenir un son ultra percutant, soit 5 titres bougrement efficaces. Réussite totale de ce point de vue-là, cet album possède un des tout meilleur son qu’il m’ait été possible d’écouter depuis pas mal de temps.

Passé ces 5 titres je dois bien reconnaitre que je vais avoir du mal à finir cette chronique dans la neutralité la plus totale, neutralité que je m’efforce d’avoir sur ces nouveautés (les légendes, c’est autre chose). Car un peu plus haut je parlais de Dance, et à l’écoute de CHILD OF THE SUN, je dois bien avoué être allé faire un tour sur internet afin de vérifier si ce titre n’était pas une reprise de Britney Spears (ou d’une artiste dans ce genre …). Dance Metal ? C’est un parti pris, mais c’est à double tranchant puisqu’à jouer un peu trop du curseur « électro » le risque de voir débouler un râle majeur n’est pas franchement loin. Signe des temps où tout simplement un son qui ne me correspond pas, ces 5 autres titres, je n’ai pas du tout aimé. A ma décharge toutefois, j’adore la nouveauté mais là … PRETTY BOY SWAGGER, ROCK IT, DESTINY, pas si simple à appréhender. Malgré plusieurs écoutes, sentiment sommes toutes mitigés puisqu’hormis ces parties électro et claviers un poil trop présentes et le style de chant d’OLLI HERMAN parfois « pénible » le reste, guitares, rythmiques et solo, c’est du lourd.

A vous de juger mais on ne pourra pas reprocher à ce groupe d’oser bousculer les choses et c’est bien là l’essentiel.

2016-03-09_56dfdc8a1038e_recklessloveinvadercd.jpg

« InVader » track listing:

01. We Are The Weekend
02. Hands
03. Monster
04. Child Of The Sun
05. Bullettime
06. Scandinavian Girls
07. Pretty Boy Swagger
08. Rock It
09. Destiny
10. Let’s Get Cracking
11. Keep It Up All Night (U.K. bonus track)

RECKLESS LOVE :
Olli Herman : Vocals
Pepe : Guitar
Jalle Verne : Bass
Hessu Maxx : Drums

Source de la news

Sleaze It :
Style :

  • gerard menvussa

    je suis un super fan du groupe depuis le premier album mais là franchement ils ont chié dans la colle. L’album est pénible! niveau riffs c’est du surgelé, les solos paresseux! Franchement si le groupe persiste dans cette voie electro je crois que je lacherais sur le long terme