BLACKRAIN : Le Divan Du Monde (Paris)

2017-02-23_58aebeeae5479_Affiche.jpg
Date : 07/02/2017
Salle : Le Divan Du Monde
Affluence : 700
Coup de Coeur :
Chronique :
CHERRY
1

il y a du monde pour un mardi soir dans la file d’attente qui grimpe la Rue des Martyrs, dans le 18e arrondissement de Paris. En parcourant du regard cette ligne de spectateurs presque disciplinée, vêtus de t-shirts de groupe et autres perfectos, on arrive finalement au niveau de la porte du Divan du Monde. Les enthousiastes sont réunis ce soir pour le concert de The Treatment et Blackrain.

Les anglais se présentent à nous les premiers. The Treatment envoie du lourd sur scène, ils mobilisent une énergie grandiose, que le public reçoit et emmagasine pour réagir de plus belle. Mitchel Emms, qui tient le micro dans le groupe depuis 2015, sollicite correctement le public ; en effet, le type est sorti de The Voice UK au moment des quarts de finale en 2013, on comprend alors un peu d’où lui vient sa prestance. Le voilà même qui descend prendre part au pogo avec le reste de la foule. Mais ce qui étonne, c’est la cavalcade des guitares, la crête du bassiste Rick Newman qui vient menacer les premiers rangs, ou Tagore Grey qui semble définitivement connaître ses repères sur scène. Presque difficile de les suivre, ces jeunes fous ! L’ambiance agitée n’enlève rien à l’attention du public tournée aussi vers la qualité du set, explosif, qui ne laisse quasiment aucune trêve ni repos à la fosse. Mention spéciale pour la joyeuse exaltation du public sur Bloodsucker. C’est bon signe, si à la fin les fans sont épuisés, comme on dit toujours.

Setlist :

Let It Begin
The Doctor
Running With The Dogs
I Bleed Rock+Roll
We Are Beautiful
Bloodsucker
Cry Tough
Generation Me
Emergency
Light The Sun
Shake The Mountain
Get The Party On
The Outlaw

Quant aux Blackrain, qui entrent rapidement en scène pour sévir à leur tour, leur performance ne déçoit pas. On remarque dès qu’on contemple un peu la salle que beaucoup de logos du groupe sont arborés fièrement par les fans, et même certains fans britanniques qui ont fait le trajet spécialement pour les suivre jusqu’au concert de ce soir. Swan n’hésite pas à traduire pour eux ses petites allocutions entre les morceaux, et cette connivence avec les adeptes fait plaisir à voir. On découvre même parmi eux des gens de Suisse, des gens qui ne sont pas de Paris ; bref, le quatuor français fédère autour de sa musique. Même s’ils sont un peu plus statiques sur scène que The Treatment, leur set présente une sélection de titres si carrée et nuancée qu’elle est finalement le principal ingrédient savoureux de leur efficacité. La tension concentrée qui structure tout cela est drôlement palpable ; si certains déplorent un grain de folie dans l’attitude du groupe, et qu’on lit parfois que la critique les trouves trop « sages », il faut dire que ce style en impose.

Le charisme des gars attire bien sûr l’attention, et le public est surpris de les voir disparaître un à un du terrain, à un moment donné, pour laisser Max 2 seul interpréter One Last Prayer, et ce moment insuffle une émotion nouvelle au spectacle. Extrait de l’album Released, le titre Run Tiger Run (soit dit en passant, si vous n’avez pas encore checké le clip, feat. Gilles Lartigot et Rémi Gaillard… bah de rien) marche bien en live, on aime bien l’air du refrain qui nous reste. Des incontournables tels que True Girls Are 16, ou Overloaded, et Ho Hey Hey Hey ne peuvent pas échapper à la composition du show, et là, pas besoin de trop encourager les fans à scander. En clôture, les français optent pour une reprise de It’s A Long Way To The Top d’AC/DC : effet de liesse de la foule garanti. Ça motive, de s’entendre dire que si on veut du bon rock’n’roll, il reste un long chemin à parcourir, et pour ceux qui suivent Blackrain depuis un bail, c’est peut-être ce beau processus qui intéresse encore plus que le résultat.

Setlist :

Eat You Alive
Back In Town
Mind Control
Electric Blue
Innocent Rosie
Blast Me Up
For You Love
One Last Prayer
Killing Me
Jenny Jen
Run Tiger Run
True Girls Are 16
Overloaded
Ho Hey Hey Hey
Rock My Funeral
It’s A Long Way To The Top

En clair, c’est un concert qui a plu, et qui laisse le public joyeux. On peut peut-être se demander si un ordre de passage inversé des groupes aurait été préférable, mais au final, retenons simplement que The Treatment et Blackrain s’associent bien mais ne se ressemblent pas, et ce soir, c’est cette palette contrastée qui a été mise à l’honneur.

All pics by CHERRY !

Source de la news

Sleaze It :
Style :