DANKO JONES : La Maroquinerie (Paris)

2017-05-10_5912e5f0e42b6_Danko.jpg
Date : 30/03/2017
Salle : La Maroquinerie
Affluence : 500
Coup de Coeur :
Chronique :
CHERRY
1

La salle parisienne dont la configuration rappelle une toute petite un arène s’est peu à peu remplie après l’ouverture des portes. Pas trop de monde, ni pas assez, on a la place pour bouger et ce principe s’avérera fort utile pendant le concert…

Ce sont les norvégiens qui s’engagent en premier sur scène. Malgré son style vestimentaire classique et élégant, Toschie Rod incarne plus que correctement la musique d’Audrey Horne, qui cogne et qui bouge, comprenez. Il n’est pas surprenant que certaines personnes dans la salle réagissent et se remémorent des bribes du Hellfest 2016, car les cinq compères y avaient proposé un échantillon de ce qui se passe alors sous nos yeux. Nos oreilles, elles, retrouvent d’emblée l’album Youngblood, sorti il y a désormais quatre ans. Cette attaque choisie par les gars est mélodique, mais attention, le rythme punchy et les airs catchy dont regorge cet opus sont rapidement mis en avant, et il semblerait que le titre « Youngblood » en outre soit plutôt bien apprécié des spectateurs. Le groupe est réellement sincère avec nous, et Toschie annonce soudain qu’une toute nouvelle chanson a fait irruption dans la setlist : « Rosalie » provoque une attention toute particulière de ce fait. Un petit retour à l’album Pure Heavy s’impose, et l’avant dernier titre « Waiting For The Night » insuffle une énergie jusque-là sinusoïdale dans le public, cela tient notamment au fait que le refrain soit particulièrement vigoureusement chanté par la foule. Le groupe jette un dernier éclat de franchise avec le titre « Straight Into Your Grave », un brin épique, double solo, le tralala, et le public conclue cette première partie par des applaudissement et témoignages de contentement plutôt unanimes. On soutiendra que la main-forte de ce groupe particulier en première partie de Danko Jones est plutôt efficace, et le choix vraiment justifié.

SETLIST :

1. Redemption Blues
2. This Ends Here
3. Youngblood
4. There Goes a Lady – surprise
5. Pretty Little Sunshine
6. Rosalie
7. Out of the City
8. Waiting For The Night
9. Straight Into Your Grave

———————————

Il n’y a pas à dire, on ressent très bien l’impatience qui se propage dans La Maroquinerie qui réclame Danko Jones. Dès que les roadies ont accroché la bannière en fond de scène qui arbore le logo du groupe, on voit des téléphones portables qui s’empressent de dégainer la fonction appareil photo. On dirait que le public parisien a bien aimé Wild Cat, d’après ce qu’on entend dans la salle.

Infatigable. Le trio est vraiment infatigable. Que ce soit à travers les multiples allocutions de Danko, ou les déplacements nombreux de JC sur scène, on s’aperçoit dès les premiers morceaux que le groupe est là pour profiter de son concert tout autant que le public. À un moment donné, lors d’un énième speech (toujours très drôles et énergiques) de Danko, un membre de l’audience ordonne au chanteur de se taire par un gigantesque « Shut up ! ». Le truc à ne pas faire quand on parle à Danko. « Hein, quoi ? Tu me demandes de me taire ? C’est toi que je vais faire taire. On nous apprend beaucoup trop à la fermer, et nous sommes là au contraire pour l’ouvrir. T’as raison, exprime-toi ! Mais je ne la fermerai jamais, tant que je suis en vie, tu vas m’entendre causer. », en gros, fut sa réponse. Plus tard, on supposera que c’est le grand romantisme qui teinte le dernier album du groupe qui a inspiré un jeune homme qui au contraire hurle « I love you ! » telle une déclaration, chaleureusement entendue et retournée à l’identique par le frontman. En bref, tout ceci pour prouver à quel point l’échange entre le public et le groupe est direct et sans filtre.

Petite surprise durant le set, entre « Forget My Name » du génialissime et bon vieux We Sweat Blood et « Legs » de Rock and Roll Is Black and Blue s’est glissée une reprise des Peaches. L’apport de la touche Danko Jones sur ce titre est indéniable, en effet les accords francs et la batterie expressive avec un tempo rapide laissent à la voix de quoi presque slamer des paroles quasi agressives. Ça colle vraiment très bien à l’ambiance du concert, et le public continue de se défouler. Les voilà qui scandent « Danko ! Danko ! Danko », et l’intéressé ravi de cette attention suggère que ces douces paroles devraient devenir une chanson à part entière.

D’ailleurs cette reprise n’est pas sans rappeler le motif du couplet de « My Little RnR », un des premiers titres du dernier album de Danko Jones à être sorti sur le net pour en teaser la sortie. Là aussi, le public est bien heureux de s’improviser aux chœurs « Oh, baby, you’re my little rock’n’roll ! », l’effet est garanti, gros pétage de câble sur scène et en bas de la scène. C’est ça, un concert de Danko Jones ? Pas déçus du voyage jusque-là, on s’en prend encore plein la tronche pour encore une bonne demi-heure. Infatigables, on vous dit. Et quoique, dès leur disparition, le public rappelle le groupe avec détermination, indignés de se faire larguer de la sorte. Pas de suspens, les revoilà, pour encore trois coups de grâce jusqu’à « Bring On The Moutain » sous-titrée « Become The Moutain ». Dans une ode au rock’n’roll, Danko explique qu’une fois en haut de la montagne, il regardera enfin de haut ceux qui l’ont descendu.

Chouette message d’espoir quant à la poursuite des efforts pour que les groupes continuent à tenir le flambeau, Danko rappelle quelques noms des grands du rock’n’roll qui sont partis et qu’il contemple du haut de la montagne, et remercie le public de prendre part à cet hommage. C’est sur ce concentré d’émotions que le groupe quitte la scène en saluant longuement, et le public les laisse partir ; une rapide observation des spectateurs permet d’en déduire une large satisfaction.

SETLIST :

1. I Gotta Rock
2. Play the Blues
3. Sugar Chocolate
4. First Date
5. You Are My Woman
6. The Twisting Knife
7. She Likes It
8. Forget My Name
9. You Love It (Peaches)
10. Legs
11. Full Of Regret
12. My Little RnR
13. Had Enough
14. Going Out Tonight
15. Wild Cat
16. Cadillac
17. Lovercall
18. Gonna Be A Fight Tonight
Rappel :
19. Watch You Slide
20. Rock Shit Hot
21. Bring On The Mountain (Become The Mountain)

Concert raconté et photos prises par Cherry. Un grand merci à l’organisation du concert.

Source de la news

Sleaze It : |
Style : , ,