ROCK GODDESS : Rencontre avec Tracey, Jody et Julie

2017-05-10_5912d1aec35dd_RockGoddessEPCover.jpg

C’est à l’occasion de la sortie du nouvel Ep des ROCK GODDESS (chronique ICI), 1ère sortie officielle depuis des décennies (sic), que Sleaze This City a pris son courage à deux mains afin de dégoter quelques instants des trois demoiselles reformées telle l’origine du groupe. Excusez du peu ! Rencontre avec TRACEY, JULIE et JODY. 

————————–

SLEAZE THIS CITY : Salut les ROCK GODDESS. Avant toutes choses, comment ça va ?

TRACEY LAMB : Très bien merci, nous avons joué un excellent concert lors du Heavy Sound Festival en Belgique tout récemment.

STC : Tout d’abord je dois vous avouer ceci. J’ai acheté des tonnes d’albums lorsque j’étais gamin dans les 80’s mais je ne peux me souvenirs que de quelques-uns et de ces moments lors de l’achat. YOUNG AND FREE en fait partie, acheté aux puces. Il y a 30 ans, bon sang. Si vous regardez dans le rétroviseur, quel était le meilleur moment de ROCK GODDESS à cet époque ?

JULIE TURNER (Batterie) : Il n’y a pas un moment précis pour être honnête, en y repensant tout était dingue. Les concerts, tourner avec de véritables légendes comme DEF LEPPARD, IRON MAIDEN, Y&T, faire nos albums, la radio, la télé, tous ces gens fantastiques et moments inoubliables. C’était dingue. Et faire partie de l’histoire de la NWOBHM (New Wave Of British Heavy Metal) est quelque chose dont je suis particulièrement fière.

TRACEY (Basse) : Le meilleur moment en ce qui me concerne fut lorsque j’ai joué mes premières notes de basse avec JODY et JULIE en 1977. Dès la première répétition j’ai dû me pincer pour y croire. C’était juste dingue de me retrouver dans un groupe avec ma meilleure amie d’école et sa petite sœur. De même qu’enregistrer notre 1er album et jouer notre 1er festival au Reading Festival de 1982. Et puis tourner avec DEF LEPPARD en 1983.

OldRockGoddess

STC : Et des regrets ?

JULIE : Aucuns, tout arrive avec raison, le passé nous a mené jusque-là. Nous ne prenons rien pour acquis.

TRACEY : Aucuns regrets non plus. Le destin nous a réunis à nouveau. On l’est à présent et c’est toujours aussi spécial, comme à nos débuts. C’est génial d’avoir encore la chance de pouvoir jouer ensemble, j’apprécie.

STC : Il y a 2 ans vous avez décidé de vous réunir à nouveau. Quel en était le but à ce moment-là ? Aviez-vous déjà en tête  d’enregistrer du nouveau ou bien était-ce une sorte de « one shot » le temps d’un soir ?

JULIE : C’était il y a 4 ans, j’ai reçu un email de mon père (John Turner, le manager d’origine du groupe) me demandant si j’étais intéressée de remettre sur pied ROCK GODDESS. Je l’ai immédiatement appelé et après avoir discutés une heure, j’ai dit OK. Et dès le début nous avions un plan précis de ce que nous devions accomplir. Tout ça est devenu sérieux dès le jour 1.

TRACEY : La raison de ce retour était de reformer le groupe, d’enregistrer un album, de tourner et de continuer tant que nous en serions capables. Je me souviens d’un message que JODY m’avait adressé en Espagne puis de son appel concernant cette reformation, déclarant que ce devait être nous 3, les 3 d’origine. Bien évidemment j’ai dit oui, c’est tout ce que j’espérais depuis toujours.

STC : IT’S MORE THAN ROCK N’ROLL… Ce titre signifie beaucoup de chose, en ce qui me concerne, puisque lorsque tu grandis dans les années 80 ça a forcément conduit ta vie jusqu’à présent. Quelle fut votre approche sur ce titre, excellent au demeurant ?

JULIE : J’ai été achetée sur Rock and Heavy Metal. J’étais à fond dans AC/DC et je suis très fière de dire que nous les avons vu dans les années 70 à l’Hammersmith Ocean avec le grand BON SCOTT. J’écoutais aussi Black Sabbath, Led Zeppelin, Y&T, Iron Maiden, Def Leppard et The Runaways. The Runaways ont eu une immense influence sur nous et ce n’est que très récemment que nous avons pu rencontrer LITA FORD et lui dire ce que représentait The Runaways pour nous, ce fut un moment fantastique.

TRACEY : C’est une chanson de remerciements. Car c’est bien plus que du Rock n’Roll, c’est un style de vie. Ca rend la vie faisable, sans quoi ce serait insupportable. C’est ce pourquoi nous respirons.

STC : WE’RE ALL METAL. A propos, vous écoutez quoi au juste ? Du nouveau ou des trucs anciens ?

TRACEY : J’écoute la plupart du temps les groupes avec lesquels j’ai grandie. Zeppelin, Sabbath, Purple, AC/DC, Kiss, The Runaways et des groupes de la NWOBHM.

JODY (Chant/Guitare) : J’ai bien un mélange des deux. J’aime des groupes comme Dokken, Megadeth, Metallica, Sepultura, Lamb Of God, Slipknot, God Forbid, Dream Theater, Zeppelin, Free, Thunder, FM, The Black Crowes… et la liste est longue.

STC : Cet EP n’a « que » 3 titres, mais 3 titres très puissants. Est-ce qu’ils sont tous nouveaux ou bien ce sont de vieilles idées recyclées ?

JODY : Non ce sont bien de toutes nouvelles chansons. Cela se devait d’être nouveau, brillant. Je voulais du frais, cela nous représente telles que nous sommes à présent.

STC : Vous prévoyez donc d’enregistrer un nouvel album ?

TRACEY : Oui, c’est même notre priorité.

STC : Et devrons-nous attendre 30 ans ? (rires)

JULIE : Attendre 30 ans de plus ? Je ne suis pas sûre de pouvoir encore tenir les baguettes.

TRACEY : Non … (rires), C’est pour dans un futur très proche.

RockGoddess2

STC : Je n’ai pas eu la chance de vous voir en live. Nous avons un festival excellent en France, le HELLFEST. Vous connaissez ? Ce festival, assez souvent, fait venir quelques légendes, un véritable moment de gloire. Une chance de vous y voir un jour ? Ou ailleurs ?

TRACEY : Oui nous avons entendu parler du HELLFEST et ce serait un honneur d’y jouer.

STC : Bon j’ai assez bossé, à vous de prendre la parole et de parler à vos fans Français et, croyez-moi, ils ne vous ont pas oublié.

JULIE : Mon message aux fans Français c’est un grand merci pour tout votre amour et votre support, je me souviens de ces concerts que nous avons fait en France il y a des années de cela, c’était toujours fantastique, beaucoup de monde, je ne vous ai pas oublié non plus.

TRACEY : Je voudrais remercier tous nos fans Français de tout l’amour et soutiens tout du long de ces décennies, toujours de grands moments et un public excellent. On a hâte de revenir vous voir et jouer pour vous.

JODY : Et bien nous ne vous avons pas oublié non plus. Nous nous souvenons avoir jouer pas mal de fois en France et à chaque fois c’était excellent. Nous avons toujours été reçus chaleureusement et rien n’a changé puisque nous avons refait quelques dates en France et ce fut génial. Les gens sont ravis de nous revoir et ça représente énormément pour nous. C’est très émouvant, merci d’être attachés autant à nous.

Propos recueillis par CYCY, photos et illustrations officielles du groupe.

Source de la news

Sleaze It :
Style : ,