HEADCHARGER : Le Petit Bain – Paris

2017-06-07_5937b3f7da1e1_Headcharger-Paris-2017.jpg
Date : 04/05/2017
Salle : Le Petit Bain
Affluence : 400
Coup de Coeur :
Chronique :
CHERRY
1

On est jeudi soir, il pleut, et on va se réfugier au Petit Bain pour accueillir les normands. En effet, c’est Headcharger que la salle de concert parisienne atypique reçoit ce soir de mai. Le groupe vient de sortir un nouvel album, Hexagram, et on suppose (que dis-je, on sait très bien) qu’en live, il ne décevra pas.

Premier énorme point fort du groupe à peine entré en scène : le peps, la grogne, le punch. Mais quelle énergie ! « Land Of Sunshine » fait office d’ouverture, le public valide. On aurait pu penser à un tas de morceaux pour démarrer un concert de Headcharger tant leur discographie est riche, mais le choix de ce titre extrait de l’album Black Diamond Snake au refrain bien catchy séduit.

Le petit hic, pour une raison qui échappe, c’est que ce set passe beaucoup trop vite. La salle est peut-être trop à fond dedans, le groupe trop efficace, on aimerait profiter davantage d’une telle ambiance. Le concert semble être calibré au millimètre pour faire passer le public par une grande variété de stases possibles. Par exemple, « Gutsy Move » avec son feeling archi groovy fait partir le public vers une autre atmosphère. Plus tard, « A Long Wait » qui sort du nouvel album, donne une dimension contrastante avec un tempo plus lent. Puis soudain, « The One You Wanna Be » fait réagir le public d’une toute autre manière, ça se déchaîne, ça pogote, bref, ça se fait plaisir.

Quelle authenticité ! Ce qu’on apprécie beaucoup pendant ce concert, c’est la franchise de chaque riff, la maîtrise de chaque montée en puissance, la douceur des petits atterrissages comme « The Metamorphosis », morceau lors duquel on sent que le public tend un peu plus l’oreille. Attentifs, pendant un concert de Headcharger ? Pas d’inquiétude, c’est bel et bien sans discrétion que les gens font entendre à leur façon leurs témoignages de reconnaissance au groupe. On enchaîne, en progressant lentement vers la fin du concert qui aura duré environ une heure : « Dirty Like Your Memories » assied pour acquise et définitive l’efficacité de l’album Hexagram en live. Pour finir, le meilleur pour la fin, les gars saluent sur « You Wanna Dance You Gotta Pay The Band » qui termine d’épuiser le public. On voulait bien sûr que ça dure encore un peu plus longtemps, mais tout compte fait, le public moyennement nombreux du Petit Bain aura donné quasiment tout ce qu’il avait.

Petite annonce qui satisfera les fans : Headcharger sera de retour sur les planches de la capitale en novembre avec Bukowski et AqME, ça se passera à La Maroquinerie, et certainement pas sans nous. Et d’ici là, n’hésitez pas à reluquer notre interview du groupe, ICI.

Concert suivi, report et photo par CHERRY.

 SETLIST

Land Of Sunshine
Gutsy Move
All Night Long
1000 Tides
Coming Back To Life
Do You Think Of Me
The Diver
A Long Wait
The One You Wanna Be
The Metamorphosis
Dirty Like Your Memories
Wanna Dance You Gotta Pay The Band

Source de la news

Sleaze It :
Style : ,